Les armes

Trois armes sont enseignées à l’escrime : l’épée, le fleuret et le sabre.

Pour les armes d’estoc, Fleuret et épée, deux types de poignée sont utilisées selon les affinités des tireur : la poignée “droite” qui permet une plus grande finesse dans la conduite de pointe. La poignée “Cross” qui donne plus de force dans la tenue de l’arme.

L’épée

epee

L’épée est la version moderne de l’ancienne arme de duel. L’épée est plus lourde que le fleuret et possède une coquille plus large pour protéger la main. Tout le corps, de la tête au pied, est une cible valable. Les touches ne sont portées qu’avec la pointe. Dans cette discipline, il n’y a pas de priorité, si les deux tireurs touchent en même temps, chacun marque un point.

Le fleuret

fleuret

Le fleuret est la version moderne de l’Arme d’entraînement pour le duel. Il est léger et flexible. La cible valable se limite au torse qui est recouvert d’une cuirasse métallique. Cette cuirasse permet l’enregistrement de la touche par un appareil de signalisation électrique. Seule les touches portées avec la pointe comptent. Au cas où les deux escrimeurs touchent en même temps, l’arbitre attribue le point à un seul tireur en fonction des conventions de combats appelées priorités

Le sabre

sabre

Le Sabre est la version moderne de l’arme de cavalerie. On peut toucher l’adversaire avec le tranchant ou la pointe de la lame. La cible valable comprend tout le haut du corps au-dessus de la ceinture, y compris la tête et les bras ce qui explique la forme de la coquille pour protéger la main. La cible est recouverte de métal conducteur qui permet de « sentir »les touches et de les enregistrer sur un appareil électrique Comme au Fleuret, le Sabre est régi par les règles de priorité, donc l’arbitre y joue aussi un  rôle décisif dans l’attribution des points.

Caractéristiques des armes

escrime