L’enseignement

L’art du combat courtois

Si la plupart des enfants commencent l’escrime parce qu’ils sont fans des films de capes et d’épées, ils sont vite surpris par la technique et la rigueur nécessaires pour pratiquer ce sport, l’un des premiers à devenir discipline olympique.

L’escrime est un sport de combat pratiqué de manière courtoise à l’aide de trois armes: le fleuret, l’épée et le sabre.

Physiquement, l’escrime développe le maintien de soi, la vitesse, la souplesse, les réflexes, la résistance et la précision. Elle donne de l’harmonie aux gestes et de la grâce au maintien.

Psychiquement, l’escrime développe la volonté, le jugement, la concentration, les principes de base de toute lutte, l’offensive, la défensive, la riposte dans le cadre de la courtoisie et de la loyauté.

L’escrime est un jeu d’adresse dans lequel la souplesse triomphe. C’est de tous les exercices du corps le plus capable de donner aux mouvements toute l’adresse, toute la souplesse, toute la vitesse imaginable, c’est en un mot le plus éducatif de tous, celui qui demande aux centres nerveux la plus grande application, non seulement pour combiner des coups et faire assaut de ruse avec l’adversaire, mais aussi et surtout, pour préparer les mouvements d’attaque et de défense.

Des tireurs qui font une bonne escrime doivent soumettre leur cerveau à un travail intellectuel comparable à celui de deux joueurs d’échec dont chacun cherche à deviner l’intention de son vis-à-vis en lui cachant son propre plan d’attaque et de défense.

Décision, rapidité de l’action, énergie, endurance, ces qualités que chacun possède en germes, l’escrime les développe et c’est ainsi que l’escrimeur acquiert des talents qui lui rendent des services précieux dans l’ordinaire de la vie.

Petites questions ?

Quelles sont les premières choses à apprendre quand on débute en escrime?

Les déplacements! Les jambes sont le moteur des escrimeurs. Il faut apprendre à se déplacer vers l’avant et l’arrière, mais aussi à feinter. Puis viennent les mouvements techniques des bras et des mains.

Les escrimeurs possèdent-ils des bottes secrètes?

Huit parades sont répertoriées, mais en général on commence par en apprendre cinq ou six. Par contre, il existe énormément de façons d’attaquer et de défendre. Pour revenir aux bottes secrètes, c’est le maître qui adapte certains coups selon les qualités de son élève.

Est-ce une activité dangereuse?

Le matériel a suivi l’évolution d’un sport devenu un peu plus physique et brutal. Le masque, par exemple, peut contenir des forces de 1500 kg/newton !

De façon générale, l’escrime est très basse dans les statistiques des sports à risque et ne cause que quelques bleus. Avec les enfants, il faut tout de suite instaurer des règles comme toujours maintenir la lame vers le bas et interdire de croiser le fer sans le masque. En fait, on se blesse plus facilement à l’échauffement en jouant au basket que lors des combats.